Pourquoi être à ce point hanté ?

Vous pensez vous en être libéré, avoir accepté de ne plus la voir.
Enfin plus de la même manière. Et elle reste là, toujours là.
Une silhouette qui passe, une photo vue en passant
Et sa présence encore vous manque.

Nous devons être sensible à un type de femme.
Grande, fine, de longs cheveux, un visage un peu allongé.
L’allure décontractée, un caractère indomptable.
Jamais elle ne vous écoute.
Toujours elle pense avoir raison.

Et vous, dans ce tourbillon ravageur, aspirant à un peu de tranquillité.

Fatigué, usé par un combat de tous les jours, vous cassez.
Vous dites : je ne veux plus.
On ne peut plus continuer comme ça. Il vaut mieux en rester là.

Et quand, après un long temps de repos, vous ne supportez plus, c’est elle qui vous dit non.

Non pas possible
Non c’est mieux ainsi

Et son regard est toujours le même
Vous vous noyez encore et toujours dans ses yeux, qui vous accepte.
Elle s’adresse à vous avec la même douceur. La même affection.

Femme je t’aime.