Racisme : refus de la différence, de ce qui ne nous ressemble pas, de ce qui pense différemment.
Premier racisme de l’histoire moderne, la religion.
Pour nous la religion catholique apostolique et romaine qui s’est évertuée au fils des siècles d’étouffer, y comprit par le meurtre, toute contestation.
Il n’est pas inintéressant de constater que c’est elle qui, par sa répression féroce contre le peuple espagnol d’origine wisigothe, a favorisé l’implantation des maures en Espagne.

C’est elle qui à partir du II° siècle, en France, jusqu’à la Révolution française, se rendit responsable de meurtre et de génocide contre les habitants du sud de la France qui avaient l’outrecuidance de ne pas vouloir adorer le dieu romain.

C’est elle qui présentait le peuple juif comme l’assassin du christ.
C’est elle qui, par son pape Pie XII, ne dénonça jamais les exactions du régime nazi. Laissant les chrétiens se faire massacrer dans les camps de concentration sans aucune réaction.
C’est elle qui, à la fin de la guerre, permis au Vatican de monter des réseaux d’évasion de criminel de guerre nazi.

C’est encore la religion qui met à feu et à sang le Moyen-Orient.
C’est encore elle qui risque de faire souffrir le peuple irakien. Cette fois ce sont des communautés islamiques qui sont prêtes à en découdre entre elle.

J’ai encore pu, récemment, constater le soi disant amour de cul béni,de catho pratiquant, assistant religieusement à la messe, haineux envers leur enfant pour des raisons incompréhensibles au commun des mortels.

Au cours de ma vie, j’ai pu constater que les pratiquants de la religion « d’amour » avaient des comportements de fasciste avec les « mécréants ».

Je me dois de reconnaître que quelques-uns, très rares avaient une attitude humaines.
Ceux la je les ai retrouvés à mes cotés dans les combats sociaux.

Mais ils sont rares.