Blogue de Zub

aller au contenu | aller au menu | aller à la recherche

Petit souper intime

Florian s’essuyait les mains avec fébrilité, tout en jetant un œil critique sur la table de la salle à manger. Il avait eu de mal à trouver cette grande table de ferme, massivement taillé dans un chêne robuste, simple et rustique à souhait. Mais, pour ce soir, il aurait préféré un simple petit guéridon plus intime.

Il lui avait fallu beaucoup de patience et de diplomatie, pour convaincre Sylvette de venir souper chez lui. Depuis une semaine, il vivait dans la peur panique de ne pas être à la hauteur. Il avait passé des heures à la recherche du menu idéal. Une bonne centaine de revue de gastronomie entassée, éparpillée sur la grande table. Un tri draconien et épuisant l’avait amené à faire un choix qui n’avait pas calmé ses doutes.

L’entrée, « Carpaccio de concombre au curry et au broccio », doucement se finalisait dans le bas du frigo.

Ensuite il avait préparé au maximum le plat de principal, « Pavés de saumon aux champignons ». Il avait eu la grande chance de trouver des cèpes et des girolles frais. Il ne lui restait plus qu’à faire cuire le poisson, 15 à 20mn au four thermostat 7. Anxieux, il se précipita dans la cuisine pour en vérifier encore une fois le réglage.

Il avait été tellement obnubilé par sa hantise de ne pas lui faire un bon repas, qu’il ne s’était pas rendu compte qu’il n’avait choisi que des plats qui passent au four.

Il serait encore obligé de se lever de table pour préparer le fromage. Au lieu de faire simplement un plateau, il avait prévu des « papillotes de fromage de chèvre à l’ananas ».
C’était facile à faire, sur un carré de papier alu, une tranche d’ananas, un demi-crottin de Chavignol, nappez de crème fraîche, saupoudrez de muscade, fermer la papillote, et hop au four.

Plus délicat serait le dessert. Ce n’était pas son truc les desserts ! Mais là ce serait plus simple. Il n’avait plus qu’à disposer les ingrédients dans les assiettes. Tout était déjà prêt. Il y avait passé la matinée. Les poires semblaient correctement pochées et attendaient dans leur lit de sirop. La garniture, yaourt, miel et crème fraîche n’avaient posé aucune difficulté. Les pistaches non plus, grillées à point et hachées elles aussi étaient prêtes.
« Poires pochées au safran et sauce yaourt aux pistaches », ça sonnait bien.

D’œil qu’il espérait critique, Florian examina la table nappée de mauve. Son choix s’était porté sur les assiettes en verre. Il les aimait bien. Pour atténuer leur apparence de froideur, elles étaient posées sur un napperon de papier dentelle, de ceux que l’on met sur un plat pour présenter le gâteau. Le plus ardu avait été d’en trouver des carrés. Eh oui, pour faire simple les assiettes n’étaient pas rondes ! Serviettes délicatement pliées en « veste de smoking ». Grand verre à pied, pour savourer un délicat Chablis.

Le claquement de la porte de l’ascenseur le prit par surprise. A peine le temps de se ressaisir qu’on toquait à la porte.

Rougissante et avec un grand sourire, Sylvette lui tendait un volumineux bouquet de roses rouges.

Soirée d'anniversaire

Et non, ce n'était pas terminé. Encore une petite fête pour l'AP de Lilou.

Mais franchement on s'est demandé qui c'est qui faisait vraiment le plus la fête?

A votre avis?

Les escuses n'y peuvent rien.

Petite leçon de présentation

Pas trop appréciée

Mais il fait soif!

Après toutes ces émotions, un peu de repos fait du bien.

Mais non elle n'est pas en train de cuver!!!