Douce comme la rosée du printemps
Parfumée comme la rose à peine éclose
Ta peau de velours enflamme mes lèvres

Irisés comme un arc-en-ciel après la pluie
Limpide comme une source en montagne
Tes yeux me noient dans leur éclat

Enchantée comme un conte de fées
Aride comme le jour nouveau
Ta bouche m’aspire et m’enlève

Mes mains sur toi…timides
Mes mains en glissade sur ta peau
Mon cœur tressautant qui s’emballe

Du tréfonds de ma nuit
Du bout des doigts je t’enlace

Du bout des doigts je m’enivre
De toi que je ne vois plus.