C’est encore une mauvaise journée qui commence.
L’ouverture des volets le confirme, soleil rare et nuages omniprésents. Même le chat est d’une humeur de chien.
Et pour corser le tout, plus de café, tu l’as bêtement donné son dernier paquet à l’accorte concierge pour qu’elle le laisse en paix. Fouillant rageusement les placards, tu mets la main sur un vieux pot de café soluble dur comme un jour sans pain. Ce n’est pas aujourd’hui que tu auras ta dose de caféine sur vitaminée, plus à consommer avec une fourchette qu’à déguster dans une tasse de fine porcelaine la bouche en cul de poule et le petit doigt au garde à vous.
Après t’être contenté d’un dur quignon de pain rassis, tu te précipites dans ta voiture dont tu avais laissé les phares allumés et qui donc refuse de démarrer. D’un pas traînant tu te diriges vers l’arrêt de bus tout proche, fouillant le fourre-tout qui te sert de sac à la recherche d’un horaire de bus que tu sais périmé, quand le bus, pour une fois en avance, te passe sous le nez. Un avis sur l’abribus t’informe que c’était le dernier, la ligne étant momentanément fermée pour cause de travaux. Il ne te reste plus que la marche à pieds.
Ruminant tes malheurs, bousculé par la masse stressé d’une foule d’agités de bon matin, tu t’achemine en traînant la pâte vers le lieu idyllique de ton gagne pain. Tu sais que ton retard ne passera pas inaperçu et tu vois déjà la mine renfrognée de ton chef de service qui ne rate pas la moindre occasion de te faire sentir son pouvoir.
Au milieu de mines sinistres qui t’entourent un mince rayon de lumière éclaire un visage souriant. Plutôt, c’est le sourire qui illumine l’espace. Les yeux verts en amandes éclairent le fin visage de madone encadré d’une longue et souple chevelure auburn. Statufié au milieu de la rue, le souffle court et le sourire niais tu regardes cette apparition les yeux exorbités.

Soudain elle se retrouve en face de toi, te regarde, son sourire s’élargit, un petit salut joyeux et elle s’évanouit dans le petit matin brumeux.

Revigoré, le pas léger et avec un tonus de lion, tu te diligentes vers ton bureau et son chef irascible.

Cette fois ci, tu ne te laisseras pas faire.