Dans l’ombre pale du petit matin, je devine son sourire émergeant du plus profond de ses rêves.
Un rayon de lumière filtra entre les rideaux entrouverts éclairant d’ocre ses yeux ensommeillés.
L’azur de son regard fixa le vide du réveil.
Lentement elle examina la chambre.
Découvrant ma présence, elle se redressa souplement.
L’ovale de son visage d’albâtre, adouci par le crépuscule matinal, s’illumina soudain.
Conquérante, l’allure altière, elle se dirigea vers moi et posa ses lèvres sur les miennes.

Et ce qui s’ensuivit,…............ C'est une autre histoire.