Blogue de Zub

aller au contenu | aller au menu | aller à la recherche

Bonheur national brut

L'une des particularités du royaume himalayen du Bhoutan est l'amélioration de son "bonheur national brut" (BNB)

Lire la suite

Resto pakistanais

Elle est assise en face de moi, sereine, majestueuse, belle à en crever.
Nous sommes dans un restaurant Indo Pakistanais où, à part le majordome en grand apparat, nous ne comprenons pas ce que nous dit le personnel.

Lire la suite

Réveil souriant

Dans l’ombre pale du petit matin, je devine son sourire émergeant du plus profond de ses rêves.
Un rayon de lumière filtra entre les rideaux entrouverts éclairant d’ocre ses yeux ensommeillés.
L’azur de son regard fixa le vide du réveil.
Lentement elle examina la chambre.
Découvrant ma présence, elle se redressa souplement.
L’ovale de son visage d’albâtre, adouci par le crépuscule matinal, s’illumina soudain.
Conquérante, l’allure altière, elle se dirigea vers moi et posa ses lèvres sur les miennes.

Et ce qui s’ensuivit,…............ C'est une autre histoire.

Zxhyw$waek

La tripoteuse de tête est rentrée de vacances. On se revoit donc, dans le moelleux de son cabinet. Tout est doux chez elle, les tapis, le fauteuil, son sourire, ses yeux. Pas sa voix. Elle a le phrasé râpeux. Toujours au bord de la quinte de toux.

Depuis que je m’étais échoué sur la planète Zxhyw$waek, après un long voyage intersidéral de 150 années lumière (3 ans en temps relatif), j’allais de surprise en surprise.

D’abord la population autochtone, très intelligente et maladivement gentille, grosse boule de poil reposant sur un glabre tripode massif terminé par une sorte de disque entouré « d’orteils »

Comme nos escargots, leurs yeux, bouche et oreilles émerge de ce corps en fonction de leur besoins.
Essentiellement fructivore ils ne sont nullement dangereux. Ils me proposèrent de m’héberger chez Xwuchhh, ce que j’acceptais courageusement après quelque réticences. Je ne les connaissais pas bien alors, mais leur choix fut judicieux. Son appart ? Lieux de vie était confortable et curieusement adapté à mes besoins. Je mis longtemps à déterminer le sexe de mon hôte. Mais comme par je ne sais quel miracle nous réussîmes à communiquer.
C’est ainsi que j’appris les us et coutumes, et même plus, de ce peuple étrange.
Ils vécurent longtemps dans des guerres acharnées et génocidaires jusqu’au moment où la raison l’emporta. Depuis, après avoir quand même éliminé tous les capitalistes, accapareurs de richesses et autre tarés du même genre (ce sont ses propre mots !!!), ils menaient depuis une vie tranquille où chacun prenait et recevait en fonction de ses besoins.
Il me semblais que dans la société il est nécessaire d’avoir des gens qui font, fabriquent, en un mot agissent pour que tous puissent avoir ce dont ils leur permet de vivre. Je lui fit part de mes réserves, mais elle les avait déjà comprises.
« Tout le monde, avec ses compétences, œuvre et agit pour l’ensemble de la société.
En exemple elle m’expliqua son propre rôle. Xwuchhh m’indiqua qu’elle était de sexe F. Leur mode de reproduction était bien entendu sexué, mais les zones de plaisir et de reproduction n’étaient pas les mêmes.
La reproduction avait besoin d’une préparation/mise en forme particulièrement délicate. Et c’est là qu’elle intervenait. Leurs organes reproducteurs étaient cachés bien au chaud sur leur tête, bien enseveli sous les poils. Il leur fallait donc un massage particulier, appelé tripotage, pour déclencher le cycle de reproduction. Mais c’était particulièrement épuisant et elle se retrouvait à la fin dans un état tel qu’il l’entrainait dans une stase, appelé vacance, lui permettant de récupérer.

Je vis un œil malicieux surgir de sa masse de poil, « Tu veux que je te fasse un tripotage ? »

%$$€** khywwxz grain n°4 Sablier Givré ftyr Kozlika

Crise

Oups, ça fait bizarre, non? Avant, il me parlait de mon succès assuré en amour, de mon impatience coupable au travail, de mes relations sociales asymétriques et là, une citation sur les gens qui se croyaient indispensables.

Ce n’était pas de très bon augure dans cette période de crise et de difficultés financières empoisonnant le climat de notre société. Aggravé par l’irresponsabilité de nos PDG et autres administrateurs qui se servaient à qui mieux mieux dans la caisse. Pillant les ressources de la boite pour s’attribuer des salaires mirobolants.
Nous avions eu droit à des notes circoncises nous appelant à faire des économies drastiques pour redresser l’entreprise.
Des charrettes de licenciement étaient, si on en croyait les soi disant bien informé, déjà faites.
Devrais je m’inquiéter pour mon poste ?
Responsable du service Recherche et Développement il est évident que c’est important et indispensable pour l’avenir de l’usine. Etait ce une manière déguisé de me mettre en condition pour l’ANPE ?

Vous imaginez mon état d'esprit lorsque la secrétaire vint me dire que le DRH sollicitait ma présence dans son bureau toute affaire cessante. C’est tremblant que je parvins à son bureau pour être accueilli par une franc sourire et une vigoureuse poignée de main.

« Votre demande à été acceptée, vous êtes promus directeur de notre agence de Singapour. Vous prenez vos fonctions immédiatement. Toutes mes félicitations. »

C'est mon grain n°3 pour le Sablier Givré de Kozlika

Saperli plongea chez Mavie et trouva Oro scope pour notre plaisir.

Réveil difficile

Tu dégages un œil vaseux d’une paupière lourde. Ce con de réveil s’en donne à cœur joie, sa danse folle de saint gui accompagnant son appel indécent. L’oeil torve tu te retiens à grand peine de lui retourner la baffe bien méritée pour t’avoir sortie du sommeil lourd et du rêve tordu qui te hantait.

Lire la suite

Ma Coulée douce

Ses mots doucement s’écoulaient comme du miel au creux de mon oreille. Lovée dans mes bras comme une liane chaude et tendre, Aurélie laissait son esprit se dérouler en sons et murmures.
Long débit de mots d’amour plus étranges les uns que les autres.

Lire la suite

Famille de substitution

La discussion que j’ai eue, il y a quelques jours avec une amie, m’a remis en tête une réflexion qui y tournicotait depuis longtemps déjà. Nous avons tous eu au cours de notre vie, des personnes, qui, tout en ne faisant pas partie de notre famille proche, nous étaient pourtant proches, comme en faisant partie.

Lire la suite

Timidité

Il était devant elle, bêta.
Elle, assise sur vélomoteur, le regardait, avidement.
Il avait posé sa main sur la sienne et ne savait plus trop quoi faire.
Elle lui plaisait
Il lui plaisait

Mais qu’en savait-il ?
Cela faisait plusieurs mois qu’il lui "tournait" autour.
Une main, par hasard, posée sur son épaule
Un sourire, une "vacherie" comme une fleur posée sur elle par timidité.

Timidité, le grand mot est lâché.
Timidité : sentiment d’avancer trop vite
Timidité : incapacité de voir ce qui crève les yeux.

Elle est là
Elle attend

Et lui n’ose pas
Et lui ne sait pas

Il ne sait pas que cette main dans la sienne est promesse
Il ne sait pas qu’elle se refuse à tous ces garçons qui l'entourent

Il ne sait pas...

Quarante ans après, il s’en veut encore
Au crépuscule de sa vie, il se le reproche toujours

L’été aurait pu être …

Ils avaient 19 ans.

Fanny

Fanny était anxieuse, ce n’est pas pourtant son premier rendez vous.
La glace de la salle de bain lui renvoyait l’image d’une jeune femme mûrie, au long visage gracile encadré de fins cheveux auburn lui retombant sur les épaules en volutes désarmantes.

Lire la suite